Petit Ours Brun

Petit Ours BrunPetit Ours Brun, ourson célèbre de la culture jeunesse, est toujours autant apprécié des jeunes enfants. De nombreux parents et éducateurs professionnels se servent de ses aventures pour inspirer les petits et les amener à découvrir des sujets variés. Alors, quel est le secret de cet animal bien curieux ? Pourquoi est-i l autant apprécié ? Quelle est la recette de son succès ? Réponses…

La grande histoire de Petit Ours Brun

Petit Ours Brun voit le jour en 1975, année à laquelle il apparaît pour la première fois dans le magazine Pomme d’Api. C’est à Claude Lebrun que l’on doit les premières planches. Car si Petit Ours Brun est aujourd’hui bien connu sous son format vidéo, c’est à l’origine une page de magazine qui tient lieu de décor pour les histoire de l’ourson et de sa famille. La toute première histoire raconte les trois ans de Petit Ours Brun qui, à l’occasion de son anniversaire, réfléchit à comment faire pour devenir grand. Le personnage se démarque rapidement auprès des jeunes enfants qui apprécient ce héros atypique qui traverse les mêmes choses qu’eux. Suite à ce succès, le magazine Popi l’invite à partager quelques pages, dans un format adapté à un public plus jeune. Finalement, Petit Ours Brun connaît un tel succès que plusieurs magazines à part entière sont élaborés, parmi lesquels Les Grandes Histoires de Petit Ours Brun. Régulièrement, la maison Bayard qui édite Pomme d’Api et Popi sort des albums intégralement consacrés aux aventures de Petit Ours Brun, pour les petits et les plus grands.

Il faut attendre la fin des années 80 pour que la télévision s’intéresse au héros. Une première série de dessins animés est alors diffusée sur les petits écrans de l’hexagone. Elle compte une centaine d’épisodes. C’est seulement quinze ans plus tard qu’une nouvelle série, Les aventures de Petit Ours Brun, composée de 52 épisodes fleurit parmi les programmes de France 5. Si cette deuxième série se contente d’un rafraîchissement de la série précédente, l’adaptation la plus récente, produite en 2018, transforme le traditionnel Petit Ours Brun en ourson 3D.

Le succès des vidéos

Depuis 2014, Les Aventures de Petit Ours Brun sont disponibles sur YouTube et les compilations de plusieurs épisodes comptabilisent plus de 16 millions de vues. Si Petit Ours Brun connaît autant de succès en vidéo, c’est que les éducateurs trouvent aussi leur compte dans le récit de ses aventures. Variées, ces dernières abordent un tas de sujets auxquels les petits sont particulièrement sensibles. Parmi les instants de la vie quotidienne, Petit Ours Brun raconte son bain, son réveil, son anniversaire, les copains… Cela n’a l’air de rien comme ça mais depuis les années 2000, le langage est inscrit comme « pilier de l’apprentissage » dans les programmes scolaires : plus que raconter ces histoires anodines, les dessins animés mettent des mots, apportent du vocabulaire, une conscience de la chronologie, inhérente à toutes ces tranches de vie. En étant exposé à un langage précis, simple tout en étant riche, les très jeunes enfants les mémorisent pour ensuite pouvoir les réutiliser. C’est une étape très importante pour apprendre de nouveaux mots et enrichir sa parole. Le rythme adapté à la vidéo et la description précise des actions successives de l’épisode incitent les enfants à s’intéresser, à décomposer ces moments de vie. De cette façon, Petit Ours Brun leur donne envie de « faire tout seul ».

Mais Petit Ours Brun, déjà si bien parti, ne s’arrête pas là ! Le voilà maintenant un vrai atout pour aborder toutes les grandes découvertes qui peuvent être une source d’angoisse pour les plus jeunes. Par exemple, dans Petit Ours Brun prend le train, notre petit héros découvre les mouvements du train, la patience nécessaire aux longs voyages, le rôle du contrôleur. Là encore, rien de bien original mais c’est de nouveau un excellent moyen de mettre les petits en projet si un voyage similaire s’organise dans la famille. Ainsi, on peut appréhender une visite à la ferme, à la neige, la rentrée à l’école, les temps de Noël ou de Pâques… Tant de moments qui sont un événement quand on est petit.

Si notre ourson a su évoluer et s’adapter à son époque, la ligne directrice de 1975 est encore bien présente : Petit Ours Brun veut devenir grand. A ce titre, les dessins animés abordent des sujets plus sensibles comme la confrontation à l’autorité, les mauvaises nuits, les disputes avec les copains. Certains d’entre eux sont un exemple de bonnes résolutions pour bien grandir : Petit Ours Brun ne veut plus faire la sieste, veut s’habiller tout seul, s’occupe d’un bébé. Les sujets sont variés et font écho chez les plus jeunes pour les inciter eux aussi, à avoir envie de grandir.

Petit Ours Brun adopté par les professionnels

Les produits dérivés sont nombreux et jouent un rôle important dans le succès de la série. L’intérêt est de créer un lien affectif entre l’enfant et le petit ours. Les jeunes enfants apprenant par imitation vont avoir envie de reproduire les aventures de leur compagnon. Ils auront à leur tour l’impression de devenir grand. C’est pourquoi il n’est pas rare de retrouver dans les crèches ou à l’école, des peluches mais aussi des cartes de vocabulaire, des jeux de Memory, des puzzles, etc.

Fréquemment, on peut lire sur les blogs de professeur de maternelle, des articles consacrés au Petit Ours : les enseignants présentent leurs séances d’apprentissages autour de telle ou telle vidéo : sciences, repérage dans le temps, orientation dans l’espace, sport, langage, même l’anglais, depuis peu, a fait son apparition dans les sujets de prédilection de Petit Ours Brun qui s’inscrit comme un support de choix pour inviter les petits à entrer dans les apprentissages.

En 2014, Petit Ours Brun apparaissait clairement comme un allié puissant des professeurs puisqu’il est directement cité dans un document Eduscol (site d’application des programmes scolaires, en lien étroit avec le Ministère de l’Education Nationale) consacré au développement du langage. La vidéo ciblée est celle de Petit Ours Brun s’habille : dans la séance proposée, les enfants apprennent à mettre en mots des actions très simples et à en identifier la chronologie. C’est un premier pas vers l’autonomie !